Select your Top Menu from wp menus

Batangafo : une attaque du site des déplacés repoussée par les Anti- Balaka le 17 novembre 2018

Désormais, il ne fait plus aucun doute que la reprise et la recrudescence des violences et des conflits  dans les villes sous occupation des éléments de la Séléka répondent à un plan d’embrasement généralisé de la situation sécuritaire du pays. Touadéra, Sarandji et tous ceux qui ont reçu mandat du peuple centrafricain pour gérer sa destinée, sont – ils au courant ? N’en sont – ils pas informés ? Ou bien étant au vent de cette tempête qui semble déferler sur la République, refusent – ils tout simplement  d’en parler , parce que faisant partie intégrante du puzzle du complot en cours ? Personne ne le sait.

C’est ainsi qu’alors que tous les yeux étaient braqués vers la ville d’Alindao où venait de se produire un massacre bien organisé, planifié et exécuté, des éléments de la Séléka, à l’exemple de ceux d’Ali Darass qui ont attaqué l’évêché et le site des déplacés d’Alindao, au vu et au su de la Minusca, ont voulu en faire de même contre le site des déplacés de Batangafo. Ils ont décidé de surprendre les gens vers 4 heures du matin dans leur sommeil afin de faire un maximum de dégâts humains, corporels et matériels.

Fort heureusement, informés de ce qui se tramait, les Anti – Balaka se sont concertés pour prendre le devant avant qu’ils ne soient trop tard. Surpris,  les assaillants  ne pouvaient mieux faire que de battre en retraite, laissant pas un seul corps derrière eux et dix (10) blessés, mais plutôt plusieurs cadavres et blessés dans la brousse. C’est l’information que la RNL a relayée le samedi 17 novembre 2018 sur les derniers évènements de Batangafo , en ces termes :

 « Ouham : Une personne tuée et plusieurs autres blessées à Batangafo
samedi 17 novembre 2018 13:07

La population de Batangafo s’est réveillée tôt ce matin du 17 novembre avec des tirs faisant un mort et plusieurs blessés. La psychose gagne les cœurs et la Minusca a réagi et tenté de rassurer la population.

Selon des témoignages concordants, ces violences sont parties des Séléka qui ont décidé avec des tirs de quitter l’est de la ville de Batangafo, pour la traverser la ville au niveau de l’hôpital où se trouve les déplacés. Ceux-ci ont eu un accrochage avec les Antibalaka qui les en ont repoussé.

« Les échanges ont duré 30 min tôt ce matin à 7h avant l’intervention de la Minusca. Le bilan provisoire fait un mort et 10 blessés du côté de la Séléka. C’est possible qu’ils vont se réorganiser pour remonter vers le site parce qu’un des leurs y a trouvé la mort » s’inquiète un habitant de Batangafo joint ce matin par Radio Ndeke Luka.

Il appelle le gouvernement au déploiement des FACA. « Nous prions le gouvernement de déployer dans un bref délai les forces armées centrafricaines (FACA) parce qu’une fois les FACA dans la ville, les hommes armés vont se retirer d’eux mêmes » a-t-il lancé.

Batangafo est replongé dans une grave crise sécuritaire depuis fin octobre avec des conséquences humanitaires, plusieurs maisons incendiées et plusieurs personnes déplacées ».

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :