Select your Top Menu from wp menus

Mouvement « Cœurs-Unis » : un pari hasardeux, une initiative inopportune !

Depuis peu, plusieurs documents de travail relatifs à l’organisation de l’assemblée générale constitutive d’une formation politique dénommée Mouvement Cœurs Unis, dont le chef n’est autre que le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, circulent sur les réseaux sociaux.

Force est de constater que dans le contexte difficile actuel de la République centrafricaine, la préoccupation des tenants du pouvoir en place est de disposer d’un appareil politique pour leur permettre de conserver le pouvoir de l’État afin de continuer à jouir des privilèges qu’il offre.

On me dira que la création d’un parti politique relève d’un droit constitutionnel.

Je répondrai donc ceci : au moment où tous les efforts devaient porter sur la volonté de paix, c’est-à-dire l’organisation et la réussite du prochain dialogue sous l’égide de l’Union africaine, on peine à imaginer que le dossier brulant qui occupe le haut de la pile sur le bureau du Premier ministre est celui de la création d’un parti politique de la majorité présidentielle.

D’ailleurs, les observateurs sont frappés par le pédigrée peu flatteur de nombreux membres du comité d’organisation de cette assemblée générale et la présence en son sein de la quasi-totalité des directeurs généraux des sociétés étatiques et para-étatiques. Au sein de ce comité d’organisation, certains sont des transhumants politiques professionnels. Ils ont déjà appartenu à toutes les majorités présidentielles avec le succès que l’on sait. D’autres, opportunistes fieffés, font commerce depuis de la délation et de la haine. Toutes choses qui ne concourent nullement à promouvoir la cohésion sociale et favoriser le retour de la paix.

C’est dire que le gouvernement Sarandji devait plutôt s’efforcer à dissiper les malentendus et clarifier les simplifications dangereuses qui entourent ce dialogue, notamment par un travail de pédagogie ainsi que de communication auprès de la population qui doute et émet de commentaires acides sur l’Initiative Africaine. Au lieu de se préoccuper de son avenir politique immédiat.

D’autant que la succession de contretemps et d’hésitation sont en passe de doucher tous les espoirs que suscite ce rendez-vous.

Sans compter les agissements des nouveaux amis russes qui contribuent inutilement à le compromettre.

En sachant que certains pays occidentaux tels que les États-Unis, pour ne prendre que cet exemple, exigent désormais, à juste titre, des clarifications sur le rôle exact des Russes dans le processus du prochain dialogue avant de débourser un seul dollar pour son financement.

Or, il est devenu urgent, pour notre pays, de sortir des violentes turbulences de ces dernières années pour s’engager résolument sur la voix du développement. Et cela passe nécessairement par la restauration de la sécurité et la stabilité.

Une chose demeure cependant certaine : l’impatience des tenants du pouvoir à disposer d’un mouvement politique à leur guise n’a d’égale que l’impatience des Centrafricains à retrouver la paix et la sécurité. Ils feraient mieux de se consacrer à cette tâche à plein temps. Sinon, le réveil sera douloureux.

Bangui FM (96.9)
Bangui, le 10 septembre 2018

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :