Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE : POURQUOI MACRON ENVOIE UN COMMANDO A TOUADERA ?

Par un décret signé le 09 Juillet 2018, le président Français Emmanuel Macron a nommé Eric Gérard, ambassadeur haut représentant de la France en Centrafrique succédant ainsi à Christian Bader.

Cet officier avait commandé le GIGN de 1997 à 2002. Issu de Saint-Cyr, mais employé en gendarmerie, Eric Gérard, 55 ans, a ensuite quitté l’uniforme pour le quai d’Orsay, où il fut en charge de la sécurité diplomatique (le poste est actuellement tenu par un de ses successeurs au GIGN, Hubert Bonneau).

Il fut ensuite consul de France à Marrakech, puis à Alger, à partir de décembre 2017 où il est réputé avoir imposé une politique restrictive d’attribution de visas.

Eric Gérard est le premier ancien chef du GIGN à atteindre de telles responsabilités : Christian Prouteau, fondateur du Groupe, avait été nommé préfet, et Denis Favier était devenu, lui, directeur général de la gendarmerie nationale, avant de rejoindre Total.

D’autres militaires sont devenus ambassadeurs avant lui, comme Emmanuel Beth, récemment décédé, qui officia au Burkina Faso.

Au moment où la Centrafrique mène une diplomatie offensive vers la Russie et la Chine, le nouvel ambassadeur de France en Centrafrique aura certainement pour mission de veiller aux moindres gestes des autorités de Bangui car Charles Malinas et Christian Bader, ses prédécesseurs ont été démis de leurs fonctions par le Quai d’Orsay pour insuffisance de résultats.

Le premier soupçonné de trafiquer des visas. Le second selon des sources diplomatiques françaises a été soupçonné harcèlements sexuels et jugé incapable de prévenir l’arrivée des russes dans ce pré carré français.

Selon ses proches Eric Gérard est qualifié dans les crises aiguës et possède un profil qui répond au contexte centrafricain.

Selon des confidences d’un diplomate africain sous couvert de l’anonymat, les services secrets russes privilégient les interceptions massives de communication des diplomates français en Centrafrique.

Les russes ne s’interdisent pas de lorgner sur les stratagèmes français, à commencer par l’ambassade de France à Bangui, Ndjamena, Brazzaville, Yaoundé et Libreville dont les portables de l’ambassadeur et ses collaborateurs figureraient dans les rapports d’écoute.

Selon des relevés d’interceptions, des archives, la récente visite de Jean Yves Ledrian à Brazzaville et Ndjamena aurait été surveillée par les russes qui ont visé le cœur même de la diplomatie française .

Sur des relevés d’interception figureraient également les traces d’écoutes téléphoniques sur les discussions sensibles du chef de la diplomatie française, avec les groupes rebelles ou les hommes politiques centrafricains suivies en temps réel, par les agents russes.

Ces renseignements sensibles auraient été transmis aux autorités centrafricaines. Autant de sujet d’inquiétude pour Paris qui se retrouve dans une guerre prévisible.

Pour les observateurs de la vie politique centrafricaine, c’est bien un signal fort qu’Emmanuel Macron, après le sommet de Mauritanie vient d’adresser au président Centrafricain Faustin Archange Touadera.

Dans l’inextricable confusion régnant à Bangui et dans tout le pays, sur fond de désastre sécuritaire majeur et de présence russe, le seul élément positif pour la France est d’envoyer un commando capable de préserver ses intérêts et limiter la perte de contrôle dans ce merdier centrafricain.

Aura-t-il vraiment le forceps nécessaire pour déjouer les stratégies de Touadera, arrêter l’hémorragie russe et faire face à un tel chaos ?

C’est toute la question…

QUI VIVRA ENCORE VERRA.

Bangui, le 12 Juillet 2018

Par Charlie Joseph LARABO

Related posts

Laisser un commentaire