Select your Top Menu from wp menus

Alerte – Info : Touadéra envoie 50 millions de FCFA au sanguinaire Djotodia à Cotonou

DE SON EXIL BÉNINOIS, MICHEL DJOTODIA AM-NONDROKO A REÇU UNE DÉLÉGATION PRÉSIDENTIELLE CENTRAFRICAINE

Centrafrique Info-pays (#COTONOU, #BÉNIN, 18/05/2018-12: 40)

Deux jours durant, du 15 au 16 mai 2018, à Cotonou, des pourparlers ont réuni le patron politique de la #Séléka en exil, Michel Djotodia Am-Nondroko et une délégation officielle Centrafricaine, mandatée par Faustin Archange Touadera.

Annoncée, vendredi 11/05/2018, la délégation présidentielle Centrafricaine était arrivée mardi 14/05/2018, à Cotonou.

Mandatée par le Président de la République, Chef de l’État Centrafricain, la délégation présidentielle était constituée de trois (03) ministres Musulmans et un (01) ministre Chrétien, tous Conseillers à la #PrésidenceRCA, deux (02) ministres du #GouvernemenRCA et trois (03) Parlementaires Centrafricains, tous proches du Président Centrafricain.

Cette délégation, personnellement constituée par Faustin Archange Touadera, a rencontré la première fois, mardi matin, le 15/05/2018, l’ancien Chef d’Etat de Transition, Michel #Djotodia_AmNondroko, lui-même entouré de quelques-uns des membres de son actuel Cabinet Politique.

Au menu des pourparlers souhaités par Faustin Archange Touadéra, la quête de la paix et de la stabilité en République Centrafricaine,

Aors que #Bambari, deuxième ville du pays, en dépit du slogan Onusien «Bambari, ville sans armes!», tombait entre les mains de l’#UPC, d’#AliNdarassa,

Et Bangui demeurant de plus en plus menacée par une nouvelle prise de contrôle par l’ex-#Séléka, malgré le #PlanMinuscaDeSécurisation de la ville et les mises en garde répétées de la #CommunautéInternationale.

Des coulisses, Michel Djotodia Am-Nondroko, ainsi sollicité, conditionnerait sa contribution au règlement de la Crise Centrafricaine par son retour au pays et la mise en route urgente d’un processus politique débouchant réellement sur la tenue d’un #DialoguePolitiqueInclusif (DPI) à Bangui.

En retour, le chef de la délégation Centrafricaine s’est engagé à traduire fidèlement les préoccupations de l’ancien Chef d’État de Transition Centrafricain à son frère, l’actuel Chef d’Etat Centrafricain.

De ces deux jours de pourparlers, une fausse note est à déplorer.

Ne maîtrisant pas les codes politiques et diplomatiques d’une telle rencontre de haut niveau, même entre Centrafricains, Faustin Archange Touadéra crut bon d’envoyer à son frère Michel Djotodia Am-Nondroko une enveloppe piteusement garnie, d’à peine cinquante millions (50.000.000) de francs CFA. Geste insolent qui enflamma le patron Politique de la Séléka, qui fit remarquer qu’il attendait plutôt la levée de sanctions bloquant ses comptes bancaires à Bangui par la Justice Centrafricaine. Et de conclure ne pas être un indigent attendant l’aumône de #Touadéra, en ce début de #Ramadam.

Que dire de la constitution de cette délégation présidentielle.
L’#AssembléeNationale, haut lieu du #Législatif Centrafricain, a-t-elle eu son mot à dire? Sinon comment ont été choisis ces Parlementaires qui la constituent ?

Michel Djotodia Am-Nondroko sollicité, à Cotonou, à quand un départ présidentiel devBangui pour #Kampala, #Ouganda, en vue de solliciter l’implication du Général François Bozizé Yangouvonda, dans le règlement pacifique et entre Centrafricains, de cette #CriseCentrafricaine (#CARCrisis)?

La mission accomplie, la délégation Centrafricaine a quitté hier Cotonou pour Bangui.

Mais Faustin Archange Touadéra a-t-il encore du temps et une marge de manœuvre pour ainsi agir tardivement ?

Henri Grothe

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :