Select your Top Menu from wp menus

Kaga – Bandoro : Plus de 100 véhicules, des hommes lourdement armés et des mercenaires positionnés

Il se passe depuis plusieurs semaines déjà, des choses étrangement bizarres dans la ville de Kaga – Bandoro, chef – lieu de la préfecture de la Nana – Gribizi,  située à 305 Km de Bangui vers le nord.

En effet, ce que l’on craignait et que les guerriers de la plume et les combattants de la liberté n’ont jamais cessé de dénoncer, tels des prophètes criant dans le désert, vient de se produire. Du jour au lendemain, des hommes lourdement armés, sous le haut commandement d’Abdoulaye Hissène et de nombreux mercenaires ne sachant parler ni  le Sango ni le Français ont pris d’assaut cette ville, au vu et au su des soldats onusiens de la Minusca.

Après deux ou trois jours de concertation, l’ordre leur a été donné de marcher vers Bangui, en représailles, disaient – ils, à l’opération de sécurisation du Km5, conjointement menée par la Minusca et les forces de défense et de sécurité et qui s’est soldée par un cuisant échec.

Arrivés au PK 10, c’est – à – dire au croisement Ndomété et contrairement à ce qui a été rapporté par certaines presses acquises à la cause des thuriféraires du régime de Bangui et de leurs laudateurs fieffés, le contingent burundais n’a pas recouru aux armes et mais plutôt après quelques heures d’échanges, les a tranquillement raccompagnés jusqu’à leur point de départ. Quelques jours plus tard, après avoir installé son état – major au quartier Sérébanda, c’est – à – dire de l’autre côté de la rivière Nana – ce qui signifie que désormais les éléments de la Séléka occupent les 2/3 de la ville – réquisitionné manu militari des habitations dans tout le secteur et fait positionner plus de 7 véhicules de combat, Abdoulaye Hissène et ses hommes ont à nouveau tenté vainement de forcer la barrière de Ndomété. Cette fois – ci, un véhicule de combat avec deux de ses occupants, selon le porte – parole de la Minusca, a été arrêté et conduit à la base.

Mais, depuis l’atterrissage d’un aéronef, avec à son bord trois russes qui se seraient entretenus avec un certain Nourreldine Adam et lui auraient remis un colis suspect, l’on assiste une fois de plus à un repositionnement des éléments de la Séléka dans la ville et toute la préfecture.

 C’est ainsi qu’aux dernières nouvelles, en sus des barrières irrégulières érigés partout et de multiples actes de rackettages de la population qui s’en suivent inévitablement, au vu et au su de la Minusca et du gouvernement Sarandji, l’on signalerait la présence de plus de 100 véhicules de combat et l’arrivée tous les jours des hommes lourdement armés et des mercenaires.

Au même moment, il a été annoncé  la relève au village Ndomété du contingent burundais de la Minusca, bien apprécié par la population pour son impartialité, par le contingent pakistanais jugé plutôt trop proche des éléments de la Séléka. Une relève qui a immédiatement provoqué l’ire de la population et l’érection des barricades. En réaction, le porte – parole de la Minusca, le virevoltant Monteiro, est monté au créneau pour appeler les manifestants au calme et les rassuré du professionnalisme de tout contingent de la Minusca.

Du côté du gouvernement, comme toujours, règne un silence de cimetière. Seul le député de Kaga – Bandoro III, M. Dengou, dont le téléphone  ne cesse de sonner jour et nuit, tente de remuer ciel et terre, d’appeler à l’aide et de s’égosiller, sans que ses cris ne parviennent dans des oreilles attentives et réceptives. Jusques à quand criera – t – il ?

Il se passe vraiment des choses bizarres à Kaga – Bandoro. Tout doucement mais sûrement, les pièces du puzzle d’un grand complot se mettent en place et se dessinent sous nos yeux. Sous les yeux du président Touadéra et ceux du gouvernement de son cher aîné Sarandji. Lentement mais sûrement, à moins qu’ils  ne se  résolvent à temps à enlever l’épais bandeau qui leur voilent les yeux et qui les empêchent de voir depuis plus de deux ans.

Affaire à suivre….

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :