Select your Top Menu from wp menus

Affaire « Priscilla Audrey Wenzoui » : tentative de corruption d’un journaliste du journal « Le Démocrate »

Depuis la parution de l’article intitulé : «  Mlle Priscilla Audrey Wenzoui prise en flagrant de faux et usage de faux et d’enlèvement de deux enfants mineurs », et comme nous l’avons annoncé et soutenu un jour plus tard, dans la poursuite des révélations, Mlle Priscilla Audrey Wenzoui s’agite et ne cesse d’activer ses réseaux d’en haut et même d’en bas pour s’en sortir. Ne dit – on pas que tout noyé ne doit – t – il pas s’agripper, avec le courage du désespoir et d’espérance, à des nénuphars et des algues flottantes ?

  C’est ainsi que, ce jour – là, le directeur général, éternel intérimaire de la société SOCAPS, trop proche du premier ministre Sarandji mais homme à tout faire du puissant ministre – conseiller, parent du mathématicien de Boy – Rabé, semblerait – il,  après avoir minutieusement pris connaissance du contenu dudit article, a voulu prendre et prendra effectivement attache, par l’entremise d’un journaliste, directeur de publication d’un organe de la presse écrite en ligne, qui a eu le « malheur » de le partager, avec l’auteur de l’article querellé. Précisons – le, ce dernier est lui aussi directeur de publication d’un journal en ligne dénommé www.lavoixdessansoix.com.

Pourquoi et dans quels buts ? Pour voir ce qu’il faut faire afin d’éviter cette campagne médiatique  de « salissures et de déversement sur la place publique d’un dossier conjugal et hautement privé », avec comme conséquences des torrents de honte et d’indignité.

Suite à des explications du journaliste du journal « Le Démocrate », auteur dudit article, le journaliste intermédiaire compose le numéro du directeur général de la SOCAPS et le met en communication avec l’homme de main du ministre – conseiller, parent du président de la République, semblerait- il.

En dépit de ses argumentations, son interlocuteur insiste sur une « rencontre physique » pour voir comment arranger à l’amiable le traitement réservé à ce dossier. Sur ce, il accepte de rentrer directement  en contact avec lui à partir du téléphone du journaliste intermédiaire et échange avec ce dernier. Celui – ci ne recule pas d’un seul iota dans sa démarche et  insiste fermement et très calmement sur une « rencontre physique ».

Finalement, le journaliste du journal « Le Démocrate »  accepte de déferrer à sa doléance mais  lui propose via le journaliste intermédiaire l’utilisation de la procédure «  du droit de réponse » comme mode de voie de sortie ou de règlement, le plus salutaire. Quelques minutes plus tard, le fameux directeur général appelle, insiste sur cette fameuse rencontre, et donne rendez – vous au journaliste intérimaire pour une rencontre dans la soirée.

 Sur ce, le journaliste du journal « Le Démocrate » ne pouvait et ne peut que tirer la conclusion suivante : il est là devant un acte avéré d’ harcèlement et mieux d’un acte de  tentative de corruption active d’un agent de la presse dans l’exercice de ses fonctions, par une autorité publique.

Affaire à suivre….. !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire