Select your Top Menu from wp menus

Bambari : M. Onanga, est – il vrai que le mercenaire Ali Darass se trouve dans la ville ?

Telle est la question qui  ne cesse de fuser de toutes parts et qui fait  suite au cuisant et lamentable échec de la fameuse mission de désarmement des groupes armés qui sévissent du Km5, depuis le 30 mars 2016. Une mission menée conjointement par la Minusca et le gouvernement qui s’est soldée fort étonnement par l’évaporation dans la nature du chef de ces groupes armés, connu sous l’appellation de « Force »,  la mort de plusieurs civils, a fait plus de 80 blessés et a contraint de milliers de personnes à de nouveaux mouvements vers les sites et d’autres quartiers.

En représailles et jouant sur la fibre de la minorité confessionnelle et le repli identitaire, toutes les bandes armées qui contrôlent plus de 80% du territoire s’organisent, s’activent et se regroupent. De Birao à Koui en passant par Ndélé, Kaga – Bandoro, Markounda, Maïtikoulou, Ngaoundaye,  Bria et Bambari, des renforts en véhicules, hommes, armes et minutions de guerre arrivent au vu et au su des forces onusiennes. Des forces internationales qui  les laissent curieusement  faire, c’est – à – dire assiéger des villes, prendre en otages des populations, y chasser les autorités locales et y instaurer leurs lois !

C’est ainsi que l’on a appris que la présence de Nourreldine Adam, patron du FPRC, est signalée depuis samedi dernier à Kaga – Bandoro, chef – lieu de la préfecture de la Nana – Gribizi. Il y a été précédé la veille par un de ses lieutenants les plus sûrs. Pour y tenir un grand rapport entre tous les comzones de la Séléka et donner le mot d’ordre final : marcher sur Bangui.

C’est ainsi aussi que l’on a appris aussi  que le général Ali Darass, mercenaire nigérien, serait de retour à Bambari d’où il a été contraint au départ depuis des mois, emportant avec lui vers d’autres régions et d’autres villes ses virus de tueries, de vols et de viols, de pillages et de destructions de biens publics et privés, d’incendies de villages et greniers et de déplacements de milliers de personnes. Il y serait revenu, sans tambours ni trompettes battant, au vu et au su de la Minusca et du gouvernement Sarandji qui, en réponse à son interpellation par les représentants du peuple, n’ a pas pu rassurer le peuple dans sa réponse, quant à sa capacité réelle à défendre l’intégrité du territoire national, assurer la protection des biens et des personnes et à faire préserver, par  le recours légitime à la force, les intérêts fondamentaux de l’Etat.

Fort de ce qui précède, la rédaction ne peut que se tourner vers la Minusca et son chef hiérarchique, l’Imparfait Désiré Onanga – Anyanga, pour lui poser la question de savoir où se trouve actuellement le mercenaire Ali Darass  et pourquoi il n’ a jamais été arrêté.

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :