Select your Top Menu from wp menus

Affaire Azur : M. Wanzet fait lever le blocus des deux (2) agences par les forces de défense et de sécurité

Comme nous l’avons souligné dans nos dernières parutions, deux (2) membres du gouvernement trop pléthorique et trop  budgétivore de Sarandji 2 seraient pointés du doigt, selon des sources dignes de foi en notre possession, d’être les manipulateurs de la dernière grève sauvage qui est en cours depuis le vendredi dernier à la société de téléphonie mobile Azur. Il s’agirait du ministre des postes et télécommunications, M. Gourna Zacko, et du ministre en charge de la sécurité publique, le général Wanzet.

 Le premier se serait entretenu avec la délégation des grévistes détenteurs de faux diplômes, dans la matinée du vendredi peu avant le déclenchement du nouveau mouvement de contestations. Quels ont été les points inscrits à l’ordre du jour de cette rencontre ? Comment le ministre des postes et télécommunications pouvait avoir un entretien avec cette délégation sans la présence ou en l’absence des représentants de l’équipe dirigeante de la société ? Quelles décisions ont – elles été arrêtées par les deux (2) parties en présence ? Et pourquoi alors cette nouvelle grève soudaine, c’est – à – dire sans préavis tel que recommandé par les termes de la convention collective et de l’accord d’établissement ? De pertinentes questions auxquelles le ministre des postes et télécommunications est appelé à répondre.

 Le deuxième aurait instruit aux éléments de forces défense et de sécurité d’intervenir dans les deux (2) agences de la société Azur, quelques heures après le déclenchement de cette grève, non pas pour protéger son équipe dirigeante prise en otage mais plutôt pour permettre aux grévistes d’y sévir avec leur totale bénédiction. Devant cette menace, le directeur général, M. Morel, entretemps extirpé de son bureau, serait obligé de quitter son domicile pour vivre caché quelque part, étant activement recherché par les grévistes jouissant apparemment de forts solides soutiens politiques.

Aux dernières nouvelles, le général Wanzet aurait fait desserrer le cordon sécuritaire fort impressionnant, érigé autour des deux (2) agences, interdisant l’accès aux cadres et agents non grévistes et y  laissant entrer et sortir les grévistes détenteurs de faux diplômes qui réclament, en sus du paiement de leurs arriérés de salaires, l’annulation pure et simple de la commission paritaire et le départ sans condition du directeur général.

De ce qui précède, seule une question se fusent de toutes parts dans l’opinion : Qui en veut si tant à M. Morel et pour quelle cause ? Comment le gouvernement ne peut – il pas prendre des mesures sécuritaires afin d’assurer la protection de l’équipe dirigeante et de permettre le fonctionnement normal de cette entreprise ? Qui se cache derrière ces grévistes détenteurs de faux diplômes ?

 Affaire à suivre….. !

La Rédaction

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :