Select your Top Menu from wp menus

Affaire Kokaté / Dologuélé : M. Sani Yalo dément toute participation et contre – attaque

Dans un article intitulé « Sani Yalo, homme de toute espèce de ruse et de fraude à la manœuvre avec Kokaté pour détruire Dologuélé », paru sur le site du Journal en ligne « Sango Ti Kodro », http://infrarouge.over-blog.com/, le 21 juin 2017, une avalanche d’épiques assassines sur fonds d’agression verbale et morale, de dénigrements, de calomnies et de diffamation a été déversée sur la personne de M. Sani Yalo, opérateur économique et ci – devant président du conseil d’administration du Barc.

De l’affaire « Zongo – Oil » dans laquelle son nom a été cité à son emprisonnement sous le règne du général d’armée François Bozizé pour des raisons politiques en passant par ses relations en tant que militant du MLPC avec le président Patassé, l’auteur dudit article n’a pas hésité un seul instant à visionner sa vie à la loupe et à user des mots puants, salissants et attentatoires à son honneur, son image et à sa dignité.

In fine, M. Jean – Christophe Sabengue d’accuser purement et simplement, c’est – à – dire sans fioritures et sans ambages, M. Sani Yalo d’être l’auteur intellectuel et  le financier du complot d’espionnage et de l’enregistrement de M. Anicet Georges Dologuélé dans cette affaire de conspiration contre le régime de Touadéra qui défraie les chroniques depuis plusieurs jours.

Ceci étant dit, pour en savoir un peu plus sur ces graves accusations et afin d’informer l’opinion nationale et internationale, une mission de recoupements et d’investigations a été instruite et âprement menée. De ce qui en ressort, il faut retenir au moment où ces lignes sont en train d’être tracées, en attendant de nouvelles informations contraires, que M. Sani Yalo ne serait pas impliqué dans cette affaire et n’aurait pas remis de l’argent à M. Kokaté pour cette basse besogne. Selon des sources concordantes et constantes, il serait absent du pays et se trouverait au Cameroun, lorsque cette révélation a éclaté au grand jour.

 De ce fait, à moins qu’il ne jouisse du pouvoir exceptionnel d’ubiquité, il ne pouvait pas être mêlé ni de loin ni de près à ce projet du montage et d’enregistrement de la bande sonore querellée. Mais devant la tournure qu’ont pris les évènements et en réaction à la gravité des propos accusateurs tenus à son encontre dans cet article, il aurait décidé de faire ce démenti et de contre – attaquer les jours à venir.

Pour le journaliste que nous sommes, loin de prendre fait et cause pour M. Sani Yalo et de se substituer à son conseil, plusieurs questions méritent d’être posées afin de contribuer un tant soit peu à la manifestation de la vérité. L’auteur de cet article détient – il des éléments de preuve irréfragable tendant à établir la responsabilité du mis en cause dans la constitution de cette sale manœuvre ? A – t – il au moins en sa possession des témoignages probants de cette machination entre Sani Yalo et Joachim Kokaté visant à détruire Anicet Georges Dologuélé par l’entremise de ce fameux enregistrement ? Et si jamais M. Sabengué devait être en mesure de ne pas répondre à ces inquiétudes, ne risquerait – il pas d’être poursuivi en justice pour diffamation ? Et comme il avait lui – même souligné dans son article, n’aurait – il pas aussi été financé par M. Anicet Georges Dologuélé pour faire ce jeu ?

A lui et à tous ceux qui seraient derrière cet article de répondre courageusement à toutes ces pertinentes questions, car Sani Yalo qui en saurait un peu trop dans les affaires « Zongo – Oil », « Pétroca », « UBAC » et autres, serait résolument déterminé à laver l’affront subi. Affaire à suivre ….. !

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire