Cameroun : « Energie » : Eneo table sur un budget d’investissement de 52,5 milliards de F  (-19%) en 2024

0
214

Cette enveloppe prévisionnelle est en baisse de 12,4 milliards de francs CFA (19,10%) par rapport aux 65 milliards de budget d’investissement de l’année 2023. Cette baisse peut être liée à la situation financière de l’entreprise qui, au 31 décembre 2022, accumulait une dette de plus de 700 milliards de Fcfa.

Plus de 52,58 milliards de francs CFA. C’est le montant du budget prévisionnel d’investissement d’Eneo Cameroon pour l’exercice 2024. L’enveloppe a été dévoilée et approuvée à l’issue du Conseil d’administration de l’entreprise, tenu le 7 décembre 2023. Ainsi, ce budget est en baisse de 12,42 milliards de francs CFA (19,10%) par rapport aux 65 milliards de francs CFA de l’année 2023. Selon des indiscrétions, cette baisse serait liée à la situation financière de l’entreprise qui, au 31 décembre 2022, accumulait une dette de plus de 700 milliards de Fcfa dont près de 336 milliards de Fcfa (48%) dus aux fournisseurs parmi lesquels des entreprises publiques.

Une trésorerie sous tension

La filiale du fonds d’investissement britannique Actis qui détient 51% des parts de l’entreprise a certes renoué avec les bénéfices en 2022 (un résultat net positif de plus de 10 milliards de Fcfa contre une perte de 35,52 milliards en 2021), mais sa trésorerie s’est davantage dégradée, selon son rapport annuel 2022. En effet, le distributeur exclusif de l’électricité au Cameroun a souffert de l’augmentation des impayés de l’Etat et de certains de ses démembrements (près de 186 milliards de Fcfa à avril 2023), et de la contrainte supplémentaire de remboursement de l’emprunt de 100 milliards de Fcfa obtenus auprès de banques locales pour le financement des investissements évalués à 73,9 milliards en 2022.

Un «budget réaliste»

Pour le prochain exercice, l’on ignore encore la consistance des projets qui seront réalisés. Mais selon des indiscrétions, ils devraient tourner autour de : la mise à jour de près de 350 000 compteurs prépayés à travers le pays dès janvier 2024 ; le financement des charges liées aux segments transport, distribution et administration ; la normalisation des installations défectueuses. Le budget d’investissement prévisionnel adopté le 7 décembre 2023 devrait aussi servir au financement des mesures visant l’amélioration de l’accueil dans les agences physiques et autres points de contact, le branchement de nouveaux clients dans les délais, une meilleure facturation et un meilleur recouvrement.

Lire aussi : Secteur de l’électricité:  le Directeur général d’Eneo Amine Homman  présente son plan de redressement 

Avec une enveloppe en baisse comparativement à l’année 2023, le Conseil d’administration de l’entreprise croit avoir fait le choix d’une «option prudente d’un budget réaliste, qui pourra être ajusté le cas échéant au cours de l’année, en fonction des évolutions du secteur». L’une de ces évolutions sera sans doute le règlement des dettes du secteur, l’un des sujets majeurs abordés au cours de ce Conseil d’administration. En effet, l’organe dirigeant de l’énergéticien note «que la dégradation persistante de la trésorerie de l’entreprise ralentit l’atteinte de ses performances opérationnelles. Les administrateurs ont été assurés du plein et entier soutien du gouvernement pour trouver des solutions rapides pour les paiements urgents du secteur». Reste plus qu’à attendre.

EcoMatin

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici