Birao : et les apprentis sorciers crient au voleur au nom d’Ali Chaibou !

0
766

Si le bon sens est la chose du monde la mieux partagée d’après Descartes, il nous aurait recommandé tous de nous incliner devant les dépouilles de ces innocents inutilement tués lors des derniers affrontements  intervenus entre des groupes armés dans le nord du pays. Mais diantre d’où vient-il que de malins génies s’en mêlent pour clouer d’autres innocents au pilori et pousser le Chef de l’Etat à bout ? Que vient chercher par le nom d’un certain Ali Chaibou dans les affaires des groupes armés dont les barrons et les réseaux sont connus de tous ? Suivez mon regard et vous comprendrez que les mauvais danseurs accusent toujours leurs pantalons.

Le Haut Conseil de  la Communication a encore beaucoup à faire, en ce qui concerne son travail de régulation du monde des médias. En effet, alors qu’il faut noter avec beaucoup de satisfaction que  la Communauté Internationale ne ménage aucun effort pour lutter contre la désinformation et les intox qui minent le monde des médias en République Centrafricaine, il n’en demeure pas moins cependant que certaines presses continuent de briller allègrement par leur outrecuidance à publier des contre – vérités. Tout simplement, parce que ayant les gosiers sous le robinet et se sentant proches du soleil et suffisamment bien protégés pour inventer et  distiller, contre des espèces sonnantes et trébuchantes d’origine douteuse, de mauvais venins au nom de ceux qui gagnent leur pain à la sueur de leur front.

Pour tout dire, il n’y a pas que les hommes politiques qui font les frais de ces mercenaires au col blanc. De hauts fonctionnaires, des commis de l’Etat, des diplomates et même le Centrafricain lambda qui sont humiliés nuit et jour par ces Tontons Macoutes de la pire plume de la presse centrafricaine. La dernière en date, c’est le cas de l’actuel Dg de la Banque Centrale dont le nom est tiré à terre par une presse de la place au plus fort moment  des événements douloureux de Birao. Un article dénué de toute vérité, cousu de fil blanc, monté de toute pièce, manquant de professionnalisme, et donc manifestement contraire à la déontologie.

Evidemment, ce n’est pas la première fois que de telles cabales sont menées contre le Directeur National de la Banque Centrale. La plus grosse de cette chasse aux sorcières, c’était le mensonge éhonté fabriqué après les pourparlers de Khartoum où l’on forçait une connexion entre ce Centrafricain et les chefs de groupes rebelles. La finalité était qu’il aurait lorgné la Primature. Rien de tout cela n’était vrai. Et comme les faits sont têtus, la vérité a fini par triompher.

Si le mal de l’actuel Directeur de la Banque Centrale est d’être ressortissant du nord, il n’en demeure pas moins toutefois  de souligner qu’il n’est  pas obligé de soutenir tout acte crapuleux venant de cette région, à l’exemple des dernières violences qui s’y déroulent actuellement. A ce propos, l’actualité dans le monde est tellement frappante qu’il nous faut faire une comparaison à titre d’illustration, avec les actes les plus abjects et les plus bestiaux de xénophobie qui  battent leur plein en ce moment en Afrique du Sud. Est-ce pour cela qu’il faut condamner tous les Sud-africains ? Cette folie meurtrière est l’œuvre de certains zélés, comme l’a si bien dit Julius Maléma, qui ne comprennent rien à la vie de l’après – Apartheid et du noble combat de Nelson Mandela . Il en va de même pour ce qui se passe dans ce pays. Ce n’est pas parce qu’on est du nord ou bien musulman qu’on doit être mêlé aux violences armées dans le pays.

A suivre……!!!!

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here